Cours de Physique et de Chimie
Réflexions

Jacqueline de romilly contre les barbares

Article du point
vendredi 2 février 2007 par Corentin GARRAULT

Voir l’article du point

lien ici

Si le lien est mort voici l’article :

Civilisations

Jacqueline de romilly contre les barbares

Immense helléniste, deuxième femme à entrer à l’Académie française, première femme professeur au Collège de France, Jacqueline de Romilly vient d’être élevée à la dignité de grand-croix de la Légion d’honneur (la cinquième à recevoir cette distinction). Toujours aussi vive à bientôt 94 ans, elle lance un cri d’alarme : la pensée et la réflexion se meurent. Rencontre.

Propos recueillis par Liliane Delwasse


Question n°1

Le Point : Vous venez de recevoir cette distinction suprême, la plus prestigieuse dont on puisse rêver. Etes-vous particulièrement heureuse ou est-ce juste un honneur de plus, tant il est vrai que vous avez déjà eu auparavant tous les honneurs imaginables. Vous avez même été nommée citoyenne grecque d’honneur.

Jacqueline de Romilly : C’est incontestable : j’ai été gâtée. J’ai eu la chance d’appartenir à une génération où les femmes accédaient pour la première fois au podium, où les portes s’ouvraient enfin. J’ai été la première femme à entrer à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, la deuxième à l’Académie française après Marguerite Yourcenar, la première au Collège de France. Et je ne parle pas de l’Ecole normale supérieure. Savez-vous ce qui m’a procuré la plus grande joie ? En 1930, j’avais 17 ans, les filles ont eu pour la première fois le droit de se présenter au Concours général et j’ai eu cette année-là les prix de grec et de latin. Rien par la suite ne m’a jamais rendue aussi heureuse. C’était grisant. Ma mère a soigneusement collé dans un petit carnet les coupures de presse du monde entier qui relataient ce qui était alors considéré comme un exploit. Il y en avait dans toutes les langues. Un de ces articles est d’ailleurs signé par un très jeune journaliste débutant, Pierre Lazareff. C’était son premier article. Il lui a porté bonheur. Mais, pour répondre à votre question, c’est toujours agréable et flatteur pour son ego d’être reconnu pour son travail et félicité, mais c’est surtout un formidable encouragement pour continuer la lutte que je mène et assumer jusqu’au bout de mes forces la tâche que je me suis fixée.


Question n°2

Vous êtes helléniste. On connaît la bataille que vous menez depuis des décennies pour que perdure l’enseignement des langues anciennes, et en particulier du grec, en voie de disparition. N’êtes-vous pas finalement optimiste pour l’avenir puisque votre combat est reconnu et honoré ?

Je ne suis pas très optimiste, ni pour mes chères langues anciennes, ni pour la française d’ailleurs, ni pour les humanités en général et, pis, guère plus pour l’avenir de notre civilisation. S’il n’y a pas un sursaut, nous allons vers une catastrophe et nous entrons dans une ère de barbarie. Il y a un désintérêt et même un dédain pour la Raison et les Lumières.

Je ne suis pas historienne et les faits m’intéressent moins que les textes. Ce qui me passionne dans les textes grecs, c’est la rencontre avec la naissance de la pensée raisonnée, rationnelle, de la réflexion, c’est l’irruption de la lumière qui est apparue pour la première fois dans un monde encore confus et obscur. Toute la morale politique et la philosophie hellènes visent à la clarté et à l’universel. Et elles ont réussi, rien n’a vieilli, leurs préoccupations sont d’une telle actualité ! Apprendre à penser, à réfléchir, à être précis, à peser les termes de son discours, à échanger les concepts, à écouter l’autre, c’est être capable de dialoguer, c’est le seul moyen d’endiguer la violence effrayante qui monte autour de nous. La parole est le rempart contre la bestialité. Quand on ne sait pas, quand on ne peut pas s’exprimer, quand on ne manie que de vagues approximations, comme beaucoup de jeunes de nos jours, quand la parole n’est pas suffisante pour être entendue, pas assez élaborée parce que la pensée est confuse et embrouillée, il ne reste que les poings, les coups, la violence fruste, stupide, aveugle. Et c’est ce qui menace d’engloutir notre idéal occidental et humaniste.


Question n°3

Il existe d’autres formes de pensée que littéraire, sans pour autant tomber dans la barbarie.

Sans doute, mais plus simplistes, qui assènent des vérités toutes faites, pauvres et sans nuances. Et qui risquent donc de déboucher sur une pensée appauvrie, squelettique. La pensée demande des correctifs, des nuances, de la subtilité, pas des dogmes tout faits issus des fast-foods de la réflexion. Ma chaire au Collège de France s’intitulait « La Grèce et la formation de la pensée morale et politique ». C’est cette construction que j’admire, qui a jeté les fondements de notre organisation et de notre pensée occidentale et que je ne peux accepter de voir rejetée et oubliée alors qu’elle n’a jamais été aussi nécessaire. Je connais des cas d’établissements scolaires où l’on ferme l’option grec faute de crédits, soi-disant, ou pour des raisons fallacieuses d’emploi du temps alors qu’il y a quinze ou vingt élèves inscrits. On craint sans doute que les élèves ne se forment un jugement trop acéré, qu’ils ne deviennent trop intelligents, qu’ils ne remettent en question la société telle qu’elle est... J’ai créé une association, Sauvegarde des enseignements littéraires, et tout récemment une autre qui est le prolongement de la première, Elan nouveau des citoyens. Elles visent à réveiller les valeurs de la démocratie et à les remettre au coeur du débat citoyen. Le titre d’un de mes derniers ouvrages est explicite : « Actualité de la démocratie athénienne ».


Question n°4

Vous craignez une guerre des civilisations ?

Ne simplifions pas, là encore. Je refuse de résumer, de schématiser les enjeux en termes politiciens qui seraient plein d’allusions anachroniques. Le danger de la démocratie, le seul, le vrai danger, c’est la démagogie. Ne tombons pas dedans. Dans mon « Alcibiade ou les dangers de l’ambition », j’analyse cet écueil. Rien n’a changé depuis le temps d’Alcibiade. Les mutations sont marginales, anecdotiques. Sauf que l’inculture a gagné du terrain. Je vais vous confier à ce propos la question que m’a posée une fois une élève d’hypokhâgne : « Madame, les langues mortes étaient-elles déjà mortes quand vous étiez jeune ? » Pas mal, non ?


Question n°5

L’âge ne vous a pas atteinte. Vous avez une forme, une fraîcheur, un dynamisme étonnants. Et toujours le même humour, la même aptitude au bonheur de vivre. Quel est votre secret de jouvence ?

La passion, pardi ! La passion de ce que je fais, de mon travail, de mes recherches, et puis l’amour, l’amour pour mon cher Thucydide. Quant à parler de fraîcheur, vous êtes très gentille, mais j’aurai 94 ans dans quelques semaines. Et je me sens plutôt défraîchie. La vieillesse est un terrible combat que l’on est sûr de perdre et que l’on s’obstine à mener. Tout se dégrade, se défait, pouah, affreux ! On peut avoir acquis des qualités de sagesse, de hauteur de vues, de courage moral, de stoïcisme (il faut bien se consoler avec des aspects positifs), mais on perd la vue, l’ouïe, la marche. Il n’y a pas de quoi se réjouir. Je reconnais cependant que j’ai toujours gardé mon humour et la capacité de rire des situations cocasses. Je vais vous conter une anecdote pourtant cruelle à laquelle j’ai repensé récemment et qui me fait rire comme au premier jour. Pendant la guerre, j’ai bénéficié si l’on peut dire du statut des juifs mis en place par le régime de Vichy, mon père étant juif. Entre autres gracieusetés, les juifs n’avaient plus droit à avoir un téléphone. Sitôt la Libération, il a été décidé par les autorités que les juifs à qui on avait coupé le téléphone seraient prioritaires pour récupérer leur ligne. Il faut dire qu’à l’époque il n’était pas facile de faire installer une ligne téléphonique, cela prenait des mois. Me voilà donc allant à la poste pour demander à récupérer ma ligne d’avant guerre. La préposée me reçoit et, plutôt sèche, me remballe : « Y a de l’attente. » Je lui explique que nous sommes prioritaires parce que juifs. Elle rétorque : « Vous êtes juifs ? Facile à dire, n’importe qui peut se vanter. Prouvez-le ! » Entendre ça en 1945, c’est génial, non ? Avec ma mère, nous en avons ri aux larmes. Soixante ans après, ça me fait encore rire. J’ai partagé toute ma vie beaucoup de fous rires avec ma mère. Nous étions totalement fusionnelles. Je pense que l’amour de ma mère, sa tendresse, sa gaieté m’ont donné une grande force.


Jacqueline de Romilly

Naissance en 1913 à Chartres.

Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1933).

Agrégée (1936), docteur ès lettres (1947).

Professeur à la faculté de Lille puis à l’ENS de 1953 à 1960, à la Sorbonne de 1957 à 1973 puis au Collège de France jusqu’en 1984.

Membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1975, de l’Académie française depuis 1988. Oeuvres principales :

« Problèmes de la démocratie grecque » (1975)

« L’enseignement en détresse » (1984)

« La modernité d’Euripide » (1986)

« La Grèce antique à la découverte de la liberté » (1989)

« Pourquoi la Grèce ? » (1992), Grand Prix d’histoire de la Vallée-aux-Loups, prix des Ambassadeurs

« Alcibiade ou les dangers de l’ambition » (1995), prix de la fondation Pierre-Lafue

« Laisse flotter les rubans » (1999), roman

« Les roses de la solitude » (2006)

Lauréate de l’Académie française pour l’ensemble de son oeuvre (1974)

Grand Prix de l’Académie française (1984)

Prix Onassis (1995)

© le point 25/01/07 - N°1793 - Page 84 - 1304 mots


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3882 / 2828058

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Divers  Suivre la vie du site Le coin pour réfléchir  Suivre la vie du site Des textes pour méditer   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License